Competition

# Retour sur mon 10km Run In Lyon

Comme promis voici le compte rendu de ma course de dimanche dernier.
Un résultat inespéré, pour certain peut être trop long, pour notre rapide, en tout cas à moi il me convient parfaitement!

Le comencement

Je vous laisse suivre ce lien pour comprendre mes motivation de course: (https://triathlonuneaventureaufeminin.com/52-semaine-avant-mon-premier-triathlon/) Quand j’ai commencer à courir en juin dernier, je n’était même pas capable de courir 10km, ma plus longue distance étant d’environ 3km et des bananes! Je rêvais de participer au Run in Lyon! Je gardais par conséquent dans un coin de mon esprit cette objectif à chaque sorti que je fessait, peut importe le temps, je devait atteindre cette distance. 

A force de puiser des informations par ci par là, j’ai réussi au bout de 3 semaines à réaliser cette exploit! Il m’aura fallu comme  même 1h08.26′ pour le faire, mais la distance était belle et bien là! 

Et ensuite…
Et bien je me suis blesser…Fracture de fatigue…3 sortie par semaine et un travail épuisent auront eu raison de la machine qu’est mon petit corps!


J’étais dépiter, mes projets tombait à l’eau. J’étais aussi en colère contre moi même, si j’en était arriver à la c’était de ma faute. Pourtant je ne me sentait pas fatiguer, j’avais du mal à comprendre! Interdite de course j’avais le moral au plus bas! Prête à tout lâcher!  Le blog n’existait pas après tout, personne n’aurait jamais rien su et tout serait revenu à là normal! … 

Mais j’ai pas réussi, ça m’était inconcevable d’abandonner après autant d’effort!
J’ai part conséquent suivi les recommandation du médecin du sport à la lettre, pas de course a pied pendant 6 semaine et reprise en douceur suivant un plan établi, néanmoins le vélo et la natation eux ne m’étais pas interdit. 

Race Pack RNL

Mon aventure triathlon pouvait reprendre!

J’ai repris les entraînement en douceurs après une bonne grosse semaine d’arrêt total, j’avais plus le droit à l’erreur cette fois-ci! L’échéance approchant à grand pas j’ai presque miser toute ma préparation au 10km sur un entraînement croiser, principalement constituer de vélo/ de natation/ de yoga/ de renforcement musculaire ( toujours adapter à la situation). J’ai vraiment très peu couru ces dernier mois, du moins c’etait beaucoup moins que ce dont j’étais capable auparavant. D’une part, parce que je respectait le plan de course à pied à la lettre et d’autre part pour ne rien vous cachez, j’avais tout simplement peur de me blesser à nouveaux. Cette peur m’a d’ailleurs suivi jusqu’au 15 dernier jours qui on précédé la course. 

J-1


Si vous suivez le blog, j’avais rédigez un article le jour où j’ai pris mon dossard (cf:https://triathlonuneaventureaufeminin.com/je-minscris-a-mon-1er-10km/) soit J-5. Suite à la récupération du dossard ( la veille de la course) le stress à commencer à faire son apparition. Forcément avec mon précieux sésame en main plus aucune chance de faire machine arrière! L’après midi a été à peu longue je doit l’admettre. Pour mettre à maximum de chance de mon coter, le repas du soir était équilibré même si j’avais terriblement envie d’une pizza! Mais ça aurait nuis à mon sommeil en plus de ne pas êtres très diététique la veille d’une épreuve.

Le fameux jour J


Les heures avant le départ était interminable. Je n’est absolument rien changer à ma routine du matin, c’est ce qui m’a permis de contrôler un maximum mon stresse. Vient le moment du départ dans le centre de Lyon, on anticipe pour palier à toute éventuelle problème de transport ou d’organisation de l’évènement, sans oublier l’échauffement qui est primordial pour une distance aussi courte! Il serait dommage de passer à coter de ça course pour ce genre de détail.

Une fois sur place, le temps c’est mis à défiler et en un rien de temps je me suis retrouver dans mon sas de départ! Seul, l’anxiété était en train de me regagner! Mais je savais pourquoi j’étais là! Je m’étais préparé ces dernier mois à ça!J e savais ce qu’il me restait à faire! La visualisation de mon arriver m’a énormément aider pendant cette attente interminable du départ!

Plus que quelque minute


On a tous pris place dans le sas des 57min, et on avançait au fur et à mesure jusqu’à la ligne de départ! Ça y est on y est! et je comprend vite pourquoi tant de personne sont accroc à ces événements. Il y a une ambiance de folie, on s’échauffe tous ensemble avant les quelques minutes qui nous sépare du départ ou comme ma fille le dit on “danse”!

On est tous charger à bloc et c’est maintenant qu’on doit faire attention! Le départ est donner et on est vite entraîner dans le rythme, des personnes surgisse de tout les cotées  mais je sais que je ne doit pas partir trop vite si je ne veut pas exploser au 2ème kilomètre!
Au bout du premier kilomètre le rythme s’installe pour certain, j’essaye de faire de même. Mais c’est pas évident quand vous avez autant de personne autour de vous qui vous motive et encouragent.

Un mur se dresse devant moi


Les 5 premier kilomètre mon sembler interminable , je regardait souvent ma montre pour savoir où j’en était, les mètres défilais à peine et ma motivation était en chute libre. 

On arrive à l’entrée du tunel de Croix-Rousse et beaucoup de monde ce met à doubler. C’est un moment très particulier, je n’avais jamais couru auparavant dans un endroit confiner!
Les mètres défile et les première personne commence à marcher, mon esprit me joue des tours! Il a envie lui aussi de succomber!

La révélation 


Je lève la tête et je vois le lièvre à quelque mètre devant moi, près à passer le panneau des 5km. En quelque seconde j’analyse la course, mon état et le chemin parcouru. Je réalise que je me sens bien, je ne suis pas essouffler, aucune crampe à déplorée et j’en est encore sous le pied!
Je peut espérer à meilleur chrono que prévu
Je maintient mon allure et me rapproche tout doucement de notre donneuse de rythme, le tunel approche à ça fin et je lui passe devants!

Plus rien ne m’arrête


J’accélère légèrement le rythme, mais pas trop j’en garde pour la fin! De plus en plus de monde est présent et je remonte progressivement au fil des encouragements. J’ai envi d’accélérer, mais je regarde ma montre, il reste encore 2 bon gros kilomètre, c’est une mauvaise stratégie! 2km ça paraît peu mais en réalité ça reste élever. C’est frustrant mais je reste focus sur ma course!

Le dernier kilomètre 


On commence à arriver sur Bellecour, le passage se resserre et ça joue des coudes pour passer. Certain vous bloque le passage et ça devient très vite énervant! Mais je ne baisse pas les bras le plus gros est fait, je suis devant le lièvre des 57’, il est temps d’aller chercher cette médaille. Je me faufile tant bien que mal au milieu de tous ces gabarits et on évite de ce déconcentrer!Ça y est la place Bellecour est là, on ne ralentit pas au dernière mètre on garde le rythme jusqu’au bout, je ne me ferait pas doubler maintenant! ( je sais j’ai l’esprit de compétition, j’y peut rien!)

Je passe la ligne d’arriver, le soulagement! j’en veut encore!Mon premier reflex, je cherche mon compagnon et ma fille, je les voies et j’ai  presque envie de pleurer de joie.

RNL 10km

J’ai participer, je l’est fini et j’ai battu mon propre records!

Et vous comment c’est passer votre première course? Vélo, course à pied, triathlon,… Je suis curieuse de connaître votre ressenti!

Maintenant objectif “meia-maratona da Europa” a Aveiro en avril prochain,
Continuez à me suivre le plus gros reste à venir!

Temps: 00:56:14 Cadence: 05:37 Classement: 5062/13112

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :